Vrai/faux

Médecines douces : en finir avec les idées reçues

On les appelle douces, alternatives, complémentaires ou non conventionnelles... Ces médecines sont aujourd'hui utilisées par près d'un Français sur deux, ce qui ne les empêche pas de susciter de vifs débats quant à leur efficacité. Quelques repères pour vous aider à démêler le vrai du faux.

LA MÉDECINE DOUCE REMPLACE LES MÉDICAMENTS

FAUX La médecine douce peut aider à traiter certaines maladies. Leur champ d'action est large : maux de tête, de ventre ou de dos, stress, anxiété, allergies, problèmes de peau, etc. Pour les pathologies chroniques graves comme le cancer, les médicaments issus de la chimie restent la principale indication thérapeutique. Cependant, même dans ces cas, l'acupuncture ou la phytothérapie peuvent apporter un bénéfice réel pour les patients, notamment afin de soulager les effets secondaires liés aux traitements.

TOUS LES PRATICIENS DE MÉDECINES DOUCES SONT DES CHARLATANS

FAUX Pour pratiquer certaines thérapeutiques alternatives, il faut pouvoir justifier d'une formation spécifique. C'est le cas des ostéopathes et des chiropracteurs, qui ne peuvent se prévaloir de ce titre qu'à condition d'avoir passé le diplôme correspondant. Une étude récente montre que 34 % des praticiens de médecines douces ont étudié plus de deux ans. Un conseil : si l'on vous promet une guérison miracle ou si l'on vous tient un discours dénigrant la médecine conventionnelle, fuyez !

L'HOMÉOPATHIE A DES VERTUS RECONNUES

VRAICette médecine douce soigne les troubles au moyen d'une substance capable de déclencher les mêmes symptômes mais en quantités infimes. L'objectif est de mobiliser les possibilités d'autoguérison de l'organisme. Environ un quart des médecins généralistes prescrivent occasionnellement des médicaments homéopathiques, que ce soit pour combattre les troubles musculo-squelettiques, les sinusites et bronchites, les troubles du sommeil et de l'humeur ou encore les rhumatismes.

LA MÉDECINE DOUCE N'EST PAS ENSEIGNÉE EN FACULTÉ DE MÉDECINE

VRAIFAUX Considérée comme une médecine, l'homéopathie est théoriquement enseignée à l'université. Cependant, plusieurs facultés de médecine (Bordeaux, Lille) ont récemment suspendu leur diplôme d'homéopathie. Pour autant, il existe aujourd'hui de nombreuses passerelles entre les médecines conventionnelles et douces. Parmi ces dernières, plusieurs sont d'ailleurs proposées au sein des hôpitaux, comme l'hypnose en anesthésie ou l'ostéopathie dans les maternités.

TOUTES LES PRATIQUES NE SONT PAS RECONNUES

VRAIFAUX Plus de 400 médecines douces sont aujourd'hui recensées dans le monde. En France, seules quatre d'entre elles sont reconnues par l'Ordre des médecins : l'homéopathie, l'acupuncture, la mésothérapie (injections locales et superficielles de médicaments) et l'ostéopathie. Les professionnels de santé sont autorisés à mentionner ces spécialités sur leur plaque et leurs ordonnances. Sous certaines conditions, les traitements peuvent donner droit à une prise en charge par l'Assurance Maladie.

 
Connectez-vous
à votre compte
Le CIF & vous


Depuis le 22 avril 2019, l'option "e-document" est activée si vous possédez un compte client et que vous ne vous êtes pas opposé, les documents sont consultables directement via votre espace client dans la rubrique 'MES eDOC'.
À chaque nouveau dépôt, un mail de notification vous avertira.

 
Vous rencontrez des difficultés

Vous voulez nous poser des questions ?